dimanche 14 février 2010

IkeÅ et moÅ : Å true lØve stØry

Coco la Bulle se demande si vous êtes comme elle quand vous revenez de chez Ikea, autrement dit si vous devez systématiquement faire face à deux problèmes majeurs : a/justifier (auprès de vous-même en tout premier lieu) l’achat d’une multitude de bricoles non prévues sur la liste,
b/décrypter le mode d’emploi de montage des meubles.

Revenons quelques heures en arrière. Coco a décidé de changer le vieux lit de la chambre de sa Mistinguette, qui souhaite un clic-clac. Outre le canapé, et compte tenu de la surcharge pondérale dont souffre l’actuelle commode de sa benjamine, la bonne mère qu’elle est a accepté de passer à la vitesse supérieure en lui offrant une armoire. Sa mission est donc claire : acheter deux meubles, repérés sur le site et dans le catalogue, cela ne devrait donc pas prendre plus de trente minutes sur place si toutefois il n’y a pas trop d’attente aux guichets des rayons, aux caisses et à la réception des marchandises. Pour l’occasion, Coco a bloqué sa journée, emprunté le monospace d’une amie et file guillerette vers ce lieu de perdition qu’est Ikea. Car elle sait, hélas, que malgré toute sa volonté, elle risque fort d’avoir dans le coffre au retour bien plus que ces deux articles.

10h30. Après un passage au comptoir ‘’canapés-lits’’et ‘’meubles de rangement’’, Coco est munie de ses bons de retrait, il ne lui reste plus qu’à filer vers les caisses pour payer.

11h20. Quoi, déjà 11h20 ? Hélaaas. Coco s’en veut d’avoir folâtré, car le résultat est catastrophique. Primo : pourquoi a-t-elle un caddie ? Secundo, que font donc dans le-dit caddie ces assiettes FÅKIR, ces verres à vin GLØUPS, ces serviettes en papier NAPPERØN, ces bougies KÅNDEL, ce moule à cake KILØKITU , ce plat à poisson GØLLÜM, ce coussin PLØF, ce plaid TØUDOU, ce tableau magnétique RÅPPEL, cette lampe rose improbable et ce vase fort justement baptisé SUPERFLÜ ? Il y a bien sûr la queue à chaque caisse et pas question d’aller aux automates à cause des bons de retrait, passage obligé par une hôtesse. Grrrr.

11h35. Coco a du mal à se remettre de la somme qu’elle vient de valider sur le terminal de carte bleue. Individuellement, pourtant, rien ne coûtait cher. C’est vraiment trØp injuste. Pour se requinquer, petit Calimero se dirige vers l’épicerie suédoise et succombe à l’appel du paquet de Daim. Oui, elle sait que ce n’est pas l’heure, que ce n’est pas raisonnable, mais il lui faut un peu de douceur pour atténuer le choc. En outre, à sa décharge, les Daim étaient en promo. Comme à l’habitude, ces fourbes confiseries vous donnent toujours une bonne raison de les acheter.

11h55. Coco attend devant le comptoir de retrait des marchandises. Elle a l’impression de prendre racine. Tiens, le type là, il est arrivé après, comment se fait-il qu’il reparte avant ? Pendant ce temps, elle boulotte. Il n’y a plus de Daim dans le sachet, et ça donne soif ces cochonneries. ‘’N°4453 ?’’ Ah, enfin… ‘’Euh, ce chariot là est tout entier pour moi ?’’ demande-t-elle incrédule. ‘’Oui, et l’autre à côté aussi’’ répond le manutentionnaire, imperturbable. Horreur. Heureusement que Coco ne l’a pas joué Carrie Bradshaw, elle est en tenue de combat, jean/pull/converse. Ça va être du sport.

12h20. Tout est enfin dans la voiture. Coco est en nage et a très très soif.

13h00. Arrivée à l’appartement. Rebelotte. Après quatre allers-retours au parking, une mobilisation sans partage de l’ascenseur et une nouvelle séance de musculation, Coco s’écroule dans son canapé et regarde les cartons entassés dans son salon. Ya plus qu’à.

13h30. Mistinguette sera si contente quand elle va voir son canapé au retour du collège… Donc inutile d’attendre le retour de Roméo pour lui demander de l’aide, après tout, Coco n’est pas si bête, elle devrait y arriver toute seule malgré un sens du bricolage relativement limité. Ouverture du carton. Examen de la notice. Réquisition des outils. Comptage des éléments, vis et boulons. Bonne nouvelle, il ne manque rien, c’est déjà ça.

13h50. Coco a monté le tiroir qui va sous le clic-clac. Elle est très fière. Bon d’accord, elle a commencé par le plus facile. Et alors ? Ça ne minimise pas son exploit.

14h00. Coco se tord le cou en essayant de comprendre le mécanisme du clic-clac. Le schéma a des flèches dans tous les sens.

14h15. Coco se rend compte qu’elle vient de visser de mauvaises vis à de mauvais endroits. Elle souffre des doigts. Et dévisse les vis. Zut & prout.

14h25. Pause-café.

14h45. Reprise du montage. Pourquoi diable le dessin ne ressemble-t-il pas à la réalité ? On dirait qu’il s’agit d’un autre canapé. Pourtant la référence est la bonne. Ce mécanisme à la noix ne semble pas situé au même endroit, et il est impossible de faire ce qu’indique le schéma. Enfin a priori. Un pied au centre de la structure, un pied à l’extérieur, Coco fait des contorsions pour examiner la chose sous tous les angles. Lorsqu’elle croit tout à coup comprendre, l’instant suivant elle se rend compte que non, elle ne comprend pas. Ils ont dû se planter. Dépitée, la bricoleuse déclare forfait.

15h15. Mue par un sursaut de courage et bien décidée à prendre sa revanche sur l’odieux canapé suédois, Coco s’attaque à l’armoire. Héroïque. Coup de fil de Roméo. ‘’Tu es sûre de ne pas vouloir attendre ce soir ?’’ demande-t-il d’un ton très inquiet. Vexée, Coco lui rétorque qu’elle est cap’. Il va voir ce qu’il va voir.

15h30. Montage commencé. Coco a sorti la visseuse électrique, quel instrument divin, et pzzzzouïïï, pzzzzouïïï, pzzzzouïïï… Elle visse frénétiquement. Damned. Pourquoi ce truc est-il à cette hauteur ? Erreur d’appréciation ? Fallait-il mettre ça dans ce sens là ? On va dire que oui. Mais ça décale tout le reste… Alors ça doit être non. Il faut dévisser. Dzzzzouïïï, dzzzzouïïï, dzzzzouïïï. Quelle camelote ces meubles scandinaves. Vraiment mal foutus. ‘’Ah on sait pourquoi ce n’est pas cher, on en a pour son argent, etc, etc, etc.’’ rumine-t-elle, animée d’une franche mauvaise foi, en défaisant son ouvrage. La deuxième tentative est la bonne : le cadre est monté, vaguement de travers, mais qu’importe.

16h. Pause verre d’eau, clémentine. Pas de café, elle est assez énervée comme ça.

16h15. Reprise des hostilités. Coco regarde les étagères d’un œil conquérant. Sûr, elle est plus forte que ces planches de bois. Et une, et deux. Fixées. Et une tringle à vêtements, fixée. Enfin presque, mais vu que la structure est un peu de traviole, la tringle ne semble pas très vaillante et risque en l’état de ne guère supporter plus de deux cintres de pressing. Ni vu ni connu (normal, elle est toute seule), Coco essaye de corriger le tir en donnant des petits coups sur le côté de l’armoire mais ça ne fait aucun effet. Dépitée, elle s’assoit par terre et contemple son ratage. Qu’à cela ne tienne, il faut bien que Roméo se sente utile, et ça lui fera plaisir (deuxième crise de mauvaise foi), il pourra réparer ça. En attendant, Coco assemble les deux tiroirs du bas. Au moins là, elle y arrive. Mais à vaincre sans péril…

17h. Mistinguette rentre du collège. Première réaction, enthousiaste, reconnaissante : ‘’Ô Maman tu es allée m’acheter mes trucs chez Ikéa c’est trop génial !!!’’ Seconde réaction, alarmée : ‘’Mais pourquoi tu as commencé à monter ça toute seule ?’’. Deuxième vexation, pffff, ces enfants n’ont donc aucun respect. Bouhhhh, et en plus elle a raison d’être inquiète, vu qu’à l’heure qu’il est son armoire ne prend pas le chemin de pouvoir accueillir le moindre manteau… Coco ravale son amertume et déclare d’un air détaché ‘’Là je suis obligée de m’interrompre, j’ai une urgence, un article à corriger, je viens d’avoir un appel… mais ensuite on s’y remet, promis’’. La puce semble s’accommoder de ce fallacieux prétexte. Coco file sur son ordi et fait semblant de travailler.

19h. Coco se met aux fourneaux. On ne peut pas être nulle dans tous les domaines. OK, le bricolage, ce n’est pas sa tasse de thé mais la cuisine, elle sait faire. Tandis qu’elle mitonne un hachis parmentier et un crumble aux pommes, elle débouche la bouteille de Bordeaux qui lui faisait de l’œil et se sert un petit verre. Elle l’a bien mérité.

21h. Après le dîner, tout le monde sur le pont : Roméo prend les commandes du chantier et ça va tout de suite mieux. Junior, qui a hérité des dispositions de sa mère, s’éclipse en précisant que, si on a besoin de lui, on n’a qu’à l’appeler. Mistinguette regarde. Coco aussi. Quel bonheur d’avoir un chéri bricØleur !

PS. Coco tient par avance à préciser aux lecteurs/trices qui pourraient qualifier son point de vue de sexiste qu’il ne s’agit pas d’un point de vue, mais d’une histoire personnelle. Elle sait très bien que certaines femmes sont très douées en bricolage, et que certains hommes se révèlent de totales buses avec un marteau et des clous. Elle en connaît. Ce n’est juste pas son cas…
Rendez-vous sur Hellocoton !

25 commentaires:

Murielle a dit…

Aaaah Ikea... une longue histoire d'amour ;o)
C'est très amusant de constater que l'on n'est pas seule à ressortir d'Ikea super chargée de bricoles inutiles... et de se retrouver avec une armoire disons-le complètement de travers!
Heureusement que nos hommes sont là!! Je suis peut-être comme toi douée en cuisine et en petits bricolages mais je suis très nulle pour monter un meuble et pire les canapés clic-clac d'Ikea !!

@+++

Domi a dit…

Il manque 2 points :

il y a toujours un article non disponible : porte du placard, étagères qui oblique à revenir

www.blogadilla.com/ le site qui permet de générer son nom en mode nom de meuble IKEA

FloMK75 a dit…

Bonjour,

Ce billet est criant de vérité, sauf que chez nous, c'est Roméo qui est nul en Bricolage et c'est Juliette qui va commander/chercher les meubles (avec les bras musclés de son homme...) et je monte les meubles moi-même, avec le soutien de Roméo (souvent sur le canapé car il s'énerve au bout de 5 min...). Je ne dois mes 'talents' qu'à un passé professionnel passé chez Habitat :-)
Bonne journée

Vincent a dit…

Moi aussi je laisse faire ma douce moitié, je me contente d'exécuter et de lui prêter mes bras, car je ne sais pas lire une notice... Mais pour ce qui est de remplir le caddie, là je suis aussi doué qu'elle et la note est souvent salée. Merci Ikea.

Caterina a dit…

Moi j'ai toujours eu envie de redevenir petit pour pouvoir aller jouer dans la piscine à balles... je sais, c'est un peu pathétique, mais à chaque fois c'est une telle corvée !

gwen a dit…

Sacré Ikéa ! Pourquoi il y en a un magasin à moins de 30 min de chez moi ???? Je limite les visites car moi aussi, je fais partie de celles qui ne repartent jamais, mais alors jamais les mains vides !!!

pascale a dit…

C'est du vécu aussi , tu écris très bien , c'est vraiment un bonheur de te lire et un malheur de les monter ces meubles IKEA ds ts les sens du terme car une fois compactés, ils sont lourds ces cartons!!!!
J'ai même vécu l'année dernière: les cartons qui ne rentrent pas ds ma voiture 2 AR sur Plaisir GRRRRRRRR ils devraient la rebaptiser cette ville genre HangarVille ou CrashCBville....;;

PACOTILLE (alias Pascale 44!)

fillenrose a dit…

Jamais réussi même à comprendre les notices IKEA, il faut sans doute avoir un gène qui me manque !
Maintenant, je n'essaie même plus... mais je soutiens à grand renfort de confiseries, compliments, verre de vin... entre autres !

MissBroWnie a dit…

Je ne sais pas comment je fais, mais je sors souvent d'Ikea sans rien avoir acheté!

Et pour le montage, je laisse ce soin à mon homme.

P.S: Pour que ta pub envahissante disparaisse, retire ton compteur de visites, ça ira mieux ;)

Angie a dit…

Je crois que toute fille normalement constituée est amoureuse de ce deuxième suédois, le premier étant H&M et qu'il est difficile de lui résister.

Quant au montage des meubles, que dire ? Avant c'était "papa chéri que j'aime, tu peux m'aider ,", maintenant c'est "chéri, toi qui est super fort, tu peux m'aider ?". ;-))

femin'elles a dit…

J'ai fais un article justement dessus il y a peu, sortir les mains vides, impossible ici et heureusement qu'il est a 1H30 de la maison!

Coco la Bulle a dit…

@Murielle : non, tu vois, tu n'es pas seule...
@Domi : tu as raison, j'ai oublié ça... aussi parfois ils se trompent (j'ai eu le cas pour des meubles de cuisine, une fois que tu as tout déballé, tu es mal)
@Flo : bravo, tu sauves l'honneur de la gent féminine.
@Vincent : tu me rassures...
@Caterina : tu régresses...
@Gwen & Angie : incurables, vous aussi, je vois...
@Pascale : merci !
@Fillenrose : tu as raison il faut soutenir les troupes et tous les moyens sont bons.
@Miss Brownie : je ne sais pas comment avoir un compteur qui ne génère pas ces spams... car je veux quand même savoir à peu près combien de visiteurs viennent sur mon blog...
@Femin'elles : je vais aller voir ton billet...

annetribute a dit…

moi l'ikéa est à 1 h donc on y vas rarement!!

Damocamelia a dit…

Un vrai bonheur de réalisme ce récit!
Bricoleuse ou pas c'est force que l'on s'y reconnaisse!

soakette la srdine a dit…

aaaah ikea à chaque fois q'on y va on essaie tous les canapés
:-D

kat a dit…

hiiii!! tellement vrai tout ça ;o))
à chaque fois que je vais chez ikea, j'y laisse un bras!

Dominique JUILLARD a dit…

Les filles, bonne nouvelle !
IKEA est en grève et compte le rester pt encore quelques jours !

Mauvaise nouvelle : H & M reçoit sa collection "Printemps/Eté" dans quelques jours !! -))))

Bravo Coco pour ce billet encore une fois très drôle et tellement vrai !!

Tamagochan a dit…

Hihihi, ah bah oui, c'est tout à fait ça! Chez Ikéa on s'énerve, quand on rentre avec nos achats, on s'énerve en les montant... Mais on y retourne toujours!

Fanny a dit…

Excellent article ! Nous avons carrément testé la cuisine Ikéa. Je me souviens de samedis après-midi passés dans le magasin bondé où des PC sont mis à disposition. On s'improvise architecte, vive la cuisine en 3D. "Chéri, elle est où l'arrivée d'eau dans la cuisine ? où va-t-on brancher le lave-vaisselle ?" Quelle galère ! Le DIY à l'extrême !

bullesdinfos a dit…

Excellent ! Chez nous les murs sont tellement de guingois qu'à chaque fois qu'on fait une acquisition de taille chez Ikéa (armoire, meubles de cuisine), Monsieur est obligé de tout recouper aux dimensions de l'appart. Non, non ce n'est pas énervant du tout ;-)

Violette Lavilaine a dit…

merci!
j'ai bien ri!

stephaline a dit…

Merci pour cet article, j'ai bien ri !!!!
Perso, tout comme toi, IKEA et moi, c'est de l'amour vache .. mais seulement avec mon porte monnaie ! le montage des meubles, je maitrise a peu pres (et mon nombre d'ampoules s'y rapportant aussi .. hihihi)

Au plaisir de te lire de nouveau !
Bise
Stephaline

krn a dit…

J'ai connu IKEA en suède bien avant qu'il arrive en France et les noms des objets sont de vrais noms scandinaves(et pas seulement suédois) qui me sont familiers si bien que moule KILØKITU et le coussin PLØF m'ont éclatée !

Pour la petite histoire, les lits superposés de mes deux aînées avaient fait 1200 km et un voyage en ferry avant d'être montés dans leur chambre. La lecture de la notice reste un moment de fou rire gravé dans mon esprit, mon frère, 12 ans et ma fille ainée, 6 ans, l'ayant interprétée comme une pièce de théatre... le soir, ils ont dormis sur les matelas posés par terre.

Coco la Bulle a dit…

@krn : ça devait valoir le déplacement comme pièce de théâtre !
@tous et toutes : merci, contente de vous faire rire...

Sandrine a dit…

Ah Ikéa !!! Quelle histoire !
On y va pour acheter 2/3 babioles. On ressort avec le coffre plein. Des plantes, des ustensiles de cuisine, de la déco, des bougies parfumées, 2 meubles au lieu d'1 parce que ça sera plus sympa, 2 ou 3 luminaires parce que les nôtres commencent à se faire vieux. Bref, tout un tas de trucs qu'on va finalement avoir du mal à caser dans le coffre de la voiture. Parce qu'on y avait pas pensé : faut que ça entre dans la voiture !!!
Ikéa...quelle histoire !